Une équipe de branquignols. Je suis responsable d'une équipe de branquignols.


             Chaque vendredi c'est pareil, de 20H à 21H30. Pas moyen d'en placer une : quand ils ne jouent pas ils parlent. Et réciproquement. Toujours à l'affût du moindre jeu de mot à faire et attendre pour rebondir sur telle ou telle phrase. Je vais craquer.
             Comme en plus nous sommes régulièrement 45 en répétition, il y a pratiquement chaque semaine un anniversaire. Et évidemment chacun veut payer un coup chaque vendredi. Ajoutons à cela 2h mini à discuter autour d'un verre après chaque fin de répétition. Bien obligé de rester, qui va fermer les portes ? Hein ? Ben oui, c'est bibi... Ma vie est un enfer.
             Les défilés ? Ils viennent tous. Pas rare d'être cinquante. A quatre par rang, faites le compte vous-même, ça fait du monde à faire marcher au pas. Un enfer je vous dis...
             Les concerts ? N'en parlons pas. D'un seul coup, contrairement aux répétitions, ils sont très sages, très concentrés, pas un bruit. Rien. Je suis sûr que c'est pour me déstabiliser. Ah, voilà, vous commencez à comprendre ce que je vis.
             C'est pour cela que humainement, pour rien au monde je ne vous laisserai ma place. Vous seriez trop malheureux... héhé...